CYRIL VALLÉE

«  Construire une cité sur Mars est possible. »

Temps de lecture : 1 min

Si ce n’est pas un titre accrocheur, ça !
SpaceX, l’entreprise de Elon Musk, vient de démontrer la faisabilité technique d’une fusée réutilisable.

Ce vol « augmente considérablement ma confiance qu’une ville sur Mars est possible, » a confié l’entrepreneur à Universe Today. Selon ses propres mots, « si nous avons un progrès technologique linéaire, et non pas logarithmique, alors nous devrions avoir une base sur Mars, peut-être avec des milliers ou des dizaines de milliers de personnes », dans ce siècle.

Du pain béni spéculatif, si je peux me permettre cette expression, pour quiconque invente des histoires SFF, basées sur la colonisation spatiale par l’humanité. C’est vrai qu’il est d’autant plus facile d’imaginer un futur finalement assez proche dans lequel il y aurait des bases lunaires et martiennes, par exemple. Restent cependant des dizaines et des dizaines de problèmes à résoudre et à prendre en compte lors de la rédaction de nos histoires, surtout si l’on veut un minimum de réalisme.

Je pourrais citer : le temps qu’il faut pour un aller simple sur Mars, l’énergie nécessaire à un tel voyage, les problèmes psychologiques liés au fait d’enfermer des personnes dans un espace exigu et clos pendant des mois, les problèmes physiologiques induits par la vie en apesanteur durant une certaine période.

Mais rien que ces problèmes donnent à réfléchir, et ils donnent aussi de la matière pour créer de belles histoires pour les imaginatifs comme moi. Il nous reste donc plein de choses à penser, mais aussi des tonnes d’aventures à écrire ; ce genre de news me rebooste à chaque fois.

Crédit photo SpaceX

La photo de la semaine : la neige arrive en Gruyère

Temps de lecture : 1 min

Les premières neiges sont arrivées en Gruyère, nous permettant de chausser les raquettes pour une petite balade sur les Monts de Riaz. Quelques trouées de ciel bleu, quelques averses de neige aussi, une température agréable pour l’exercice (-3 C), tout était réuni pour nous permettre de faire un petit tour de cinq kilomètres aux alentours de 1000m d’altitude.

Pour les rencontres, peu de randonneurs, quelques skieurs de fond, et trois biches qui ont traversé le champ d’un bosquet de forêt à l’autre. Une belle aération.

J’avais mon X100s, bien sûr (EXIF et plus sur Flickr) :

Snowshoeing Monts de Riaz, Gruyère, Switzerland, 2016.

Que votre année soit douce !

Temps de lecture : 1 min

Comme le veut la tradition, permettez-moi, chers trois lecteurs, de vous souhaiter le meilleur pour l’année à venir. Que cette année soit douce, simple, riche et créative. Commencez vos projets, et surtout, terminez-les. Ouvrez vos esprits, voyagez, découvrez.

Chez nous, le tournant s’est passé calmement, entre amis, autour de bonnes bouteilles et de quelques toasts. C’est la première année que nos (grands) enfants fêtent le Nouvel An de leur côté, alors c’était un petit peu spécial pour nous. J’ai beau chercher, je n’arrive pas à retrouver à partir de quel moment j’ai commencé à fêter cela loin de mes propres parents.

En dehors de ces petits détails, il semble que chacun a passé un bon moment. Après tout, c’est ce qui compte.

Bonne année 2016 !

La photo de la semaine : autour du Moléson

Temps de lecture : 1 min

Une balade autour du Moléson, descendant de Plan-Francey en direction du village. Le bleu du ciel (accentué par le filtre polarisant) et les températures printanières exceptionnelles donnent ce cliché.

EOS 7D, Sigma 10-20mm f3.5, filtre polarisant circulaire.

Plus sur Flickr:

A little walk around Moléson, Switzerland Christmas 2015

Les exoplanètes reçoivent leurs premiers noms

Temps de lecture : 2 minutes

Depuis qu’on est à la recherche de ces planètes situées en dehors du système solaire (une vingtaine d’années), les scientifiques ont pris l’habitude d’utiliser des matricules peu vendeurs et stimulant peu l’imaginaire.

C’est le moins que l’on puisse dire, avec des noms comme HD 188753 Ab (même si celle-ci fut surnommée planète Tatooine, hommage sympathique), ou OGLE–2005-BLG–390L b, première planète tellurique connue.

C’est « fini » puisque les 31 premières exoplanètes viennent de recevoir un nom officiel par l’Union astronomique internationale.

On trouve de jolies choses, qui amènent un peu plus à rêver, comme Arion, Brahe, A Egir ou Dagon. D’autres peuvent prêter à sourire (Tadmor, Poltergeist).

La liste est consultable sur un article de Ciel & Espace, et ici où je reproduis la liste :

Ceci dit, à la fréquence où nous découvrons lesdites planètes, il va falloir rivaliser d’invention…

Exoplanet Discovery Methods Bar.svg
Évolution du nombre d’exoplanètes découvertes chaque année selon la méthode de détection (dernière mise à jour : janvier 2014)</p>
  •      Vitesses radiales
  •      Transit astronomique
  •      Timing
  •      Astrométrique
  •      Imagerie directe
  •      Microlentilles gravitationnelles
  •      Émission radio du pulsar

« Exoplanet Discovery Methods Bar » par Aldaron, a.k.a. AldaronTravail personnel. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons.

Via Ciel&Espace